«

»

Mar 15 2012

Un Palika de rêve…

Ça y est, c’est le grand jour… depuis des mois j’attends ce moment . j’ai choisi de prendre mes congés en concordance avec la lune, la marée  et la période de l’année la plus propice aux Iles du Salut pour la pêche au Palika.

C’est à peine si j’ai réussi  à fermer l’œil de la nuit la veille du départ, de peur de rater la Navette ou d’oublier quelque chose dans ma boite à pêche.

Nous voici, David, Goeffrey et moi enfin sur les Iles , après une traversées quelque peu agitée.  L’eau est d’un vert magnifique… Je sens déjà le carbone qui me démange et une folle envie de jeter déjà quelques coups de leurres…

Mais hélas nous n’en sommes pas encore là car nous avons choisi l’option de passer notre séjour en Camping juste au dessus du spot de pêche…. Ce qui implique d’être chargés comme des bourricots en plus de notre matos de pêche qui représente déjà un volume conséquent. Il est loin le temps de mon adolescence ou je me contentait d’un sac de crevette  et de quelques hameçons et plombs pour la pêche au rouget.

Les gendarmes intrigués par notre montagne d’affaire engagent la conversation… ils nous conseillent de voir avec le gardien de permanence pour négocier le transport de nos affaires jusqu’à la plate forme de camping.

David entame ses yeux du chat de Shrek auprès du Gardien… qui ne tarde pas à succomber au charme!  ça marche. yessssss!

On charge la benne du Pic up qui est presque trop petite pour tout mettre et hop c’est parti! Un immense soulagement qui s’offre à nous , surtout que j’ai eut la délicate idée d’emmener une Cantine de fer, certes très pratique mais horriblement lourde.

Déposés juste à une 30 aine de mètres du campement et Personne à notre place de camping habituel. Décidément ce séjour s’annonce bien. Le montage de campement s’organise.

Bon, première tentative… mouais , heu David, effectivement ton hamac est bien protégé sous la bâche mais Geoffrey et moi , si il pleut on boit la tasse! Les avis diverges , David s’agace quelques peu… bon, le temps tourne, bientôt l’heure de la Bonne marée.

Enfin, la bâche est tendue… pour les hamacs, on verra plus tard!

Vite, à la PÊCHEUUUUUUU

La Team des pêcheurs fous est prête! A nous les Palikas !!! Je vois déjà les premiers marsouinages, j’opte pour ma canne légère, la Xzoga MASTERY 80H2 en puissance 100g, les tarpons sont là mais ils ne semblent pas très gros et mon autre canne est beaucoup plus lourde et fatigante à lancer et je ne veux pas m’épuiser dès le premier jour.

Premier lancer, déjà une tape sur le leurre souple… encourageant tout ça.

Deuxième lancer , une autre tape, beaucoup plus forte, je sens un poids lourd au bout de la canne. Pendant une seconde, je sens que je ramène quelque chose d’assez lourd…, je donne encore un coup de ferrage.  Soudain, le fil se tend, le moulinet commence à chanter, le fil fend l’eau et la masse remonte rapidement en direction de la surface. Je connais mon client et j’anticipe déjà le saut pour éviter le décrochage. Ne pas perdre contact avec le poisson tout en maintenant le fil suffisamment souple pour ne pas qu’il se décroche comme à son habitude!

Whaouuuuuu! , le palika viens de sortir de l’eau en une magnifique chandelle, Il est énorme!!!! Il semble bien accroché car il multiplie les sauts sans se décrocher. Je reste septique quant à la taille du monstre et la légèreté de mon ensemble canne, moulinet et bas de ligne.  Vite, pendant que le tarpon est encore loin , je décide de lui faire faire le tour pour le ramener dans la baie ou je pourrais si j’arrive jusqu’à là,  le décrocher sans l’abimer.

Me voila en position pour bien le combattre en toute sérénité. Commence alors un long combat entre le poisson et moi. Chacun compte sur l’épuisement de l’autre. Je joue la carte de la sécurité et de l’endurance. Je sens que je peu avoir confiance en mon matériel.  Patiemment , je reprend mètre après mètre un peu de fil. Je le sens se rapproche puis soudainement, il s’énerve et reprend 60 mètres de fil!!! Grrrrr… il me fera cela plusieurs fois.

Ma patience aura raison, il fini par se fatiguer et décide de se rendre. Péniblement, je le fais rentrer dans la baie, plusieurs fois ma tresse menace de frotter les rochers, ce qui mettrais une fin immédiate au combat.

Il est a présent coucher sur le flanc la surface , il est épuisé. Je traine à présent  une masse inerte.

Je commence à descendre les escaliers pour le rejoindre. Je suis presque au bord des larmes , sentiment entremêler entre fatigue et immense joie. Je prie qu’une chose, c’est qu’il ne se décroche pas si près du but.

Je le rejoins dans l’eau… pas facile de m’occuper du Tarpon et de ma canne en même temps. Je le traine encore quelques mètres jusqu’à la minuscule langue de sable.

Vite, il faut le décrocher. Je n’ai pas pensé à prendre de pince, David et Geoffrey m’ont rejoins et David extrait l’hameçon fortement planté dans la partie osseuse de la mâchoire. Il tord l’hameçon et force un peu. Enfin, il parviens à lui retirer. Il ne lui restera qu’un joli piercing bien propre, pas une goutte de sang. Je suis soulagée. Quelques photos avant sa relâche. J’ai un sourire jusqu ‘aux oreilles.

La Palika se sentant libéré, il commence à s’agiter. Je met un gant pour pouvoir le saisir par sa mâchoire rapeuse. je tente de le porter mais il est bien trop lourd. Je m’aide d’une vague pour le hisser sur mes genoux et le coller contre moi. Encore quelques clichés avec le poisson de mes Rêves.

Sans trop perdre de temps, j’emmène le tarpon rejoindre son élément.  Un grand moment dont je me souviendrais toute ma vie . Un rêve de pouvoir relâcher ainsi une si belle prise en étant dans l’eau . Je nage à coté de lui pour le ré-oxygéner. Il est encore très fatigué, je sens qu’il a du mal a repartir, je commence à m’inquiéter. Je prie Poséidon de le reprendre,  Je l’attrape par la mâchoire et je le fais tourner activement autour de moi, puis nage énergiquement sur le dos dans le courant utilisant les dernières forces qui me reste! Il faut qu’il reparte, il le faut!!! OUI, il se met à donner des coup de tête et onduler sur corps d’argent. Doucement il remonte le courant. Je lâche sa gueule pour le maintenir à présent par la caudale. Il nage maintenant plus vite que moi et continue d’accélérer. C’est le bon moment pour le lâcher à présent. Il continue sa course pour rejoindre les zones plus profonde. Je pousse un YESSSSS de Victoire et de soulagement.

Je rejoins les escaliers ou m’attends une pluie d’applaudissement accompagnés de Bravo!!!!. Un groupe de dizaine de jeune et beau sapeur pompiers ayant suivi la scène depuis le début depuis la piscine des bagnards sont venus observer la scène de release… Whaouuuu, tout ça pour moi???  Peut être est ce moment de simuler une noyade pour qu’il vienne me sauver? mais bon, je m’imagine déjà David , le couteau entre les dents et le fusil harpon de l’autre en train de défendre son territoire et mettre en pièce ce qui s’en approche… Pfff… La vie de couple, c’est vraiment pas drôle!!!

David et Geoffrey décident de partir faire une petite exploration sous marine. Goeffrey, habitué aux plongées dans des eaux plus claires, se laissera vite surprendre par les fonds marins des Iles.  Il me racontera qu’il s’est émerveillé de voir en si peu de temps autant d’espèces. Tortues, Demoiselles Chirirites, Croupias et rougets curieux n’hésites pas à s’approcher de lui piquées par la curiosité. J’ai un peu de mal à le croire, jusqu’à ce qui me montre la petite vidéo qu’il a réussi à prendre sous l’eau.  Une chose est sure, demain, je plonge à mon tour même si j’ai trop peu de souffle pour rester très longtemps sous l’eau.


video plongée travaillée by jeune56

La marée monte, le vent s’est levé, les vagues sont fortes rendant l’accès au spot de pêche difficile et hasardeux. Le temps de finir l’installation du camp, de manger et de faire une bonne sieste en attendant le coup du soir.

Une première journée qui s’achève, ma nuit sera ponctuée de rêves de pêche. … des Tarpons au bout de ma ligne, encore plus gros que celui que j’ai pris aujourd’hui. Gros leurres, gros poissons dit on… demain, j’attaque les choses sérieuse avec ma deuxième canne, qu’importe les courbatures !

Réveillés par le chant des coqs qui rodent non loin de Hamac,  je suis la première à me lever. Le temps de préparer le café, mes compagnons ne tarde pas à me rejoindre autour de la cantine qui sert astucieusement de table ! A vous voyez que c’est pratique !!!

Personne n’a eut de grande motivations pour allez faire une pêche nocturne sur la digue qui réserve pourtant quelque fois bien des surprises.

Le vent à redoublé de force et bien qu’il nous ais permis de passer une nuit fraiche et agréable, il est généralement pas terrible pour la pêche. Effectivement la belle couleur verte laisse place  à des eaux troubles et chargées. Les tarpons marsouinent toujours même si on est loin de la folie de la veille.

La mer très agitée ne nous laisse que quelques heures à marée basse pour pouvoir pêcher. Le reste du temps sera l’occasion de baignade et longues siestes.

Bilan mitigé de la journée, beaucoup de tarpons de décrochés. Un seul pour ma part de ramené au sec ainsi qu’un joli poisson assiette.

Nous sympathisons un peu plus avec les Gendarmes qui nous invites à prendre l’apéro en soirée. Accompagné d’une bonne ambiance et de grillades, les ti punchs s’enchainent. Nous rentrerons un peu pompette au campement surtout Goeffrey qui sautille sur le sentier le sourire aux lèvres, tel un Agouti en quête de noix de coco. Encore une nuit tranquille bercé par le bruits du vent qui s’engouffre dans les palmes.

Troisième jour à présent, Benjamin à qui nous avons racontés nos exploits de pêche à décidé de ne pas attendre le weekend pour nous rejoindre . Il arrive donc armés de ses cannes et avec lui… la pluie.  Lui aussi  à droit à son transport en 4X4… si c’est pas Royal ça ! Malheureusement pour lui les conditions se sont bien dégradées. Plus aucune activité de poissons, ni en surface, ni au fond. Ils semblent avoir désertés l’ile.

Goeffrey à soudain une grosse touche au bout de sa Zenaq… cela semble massif. Le poisson semble donner de gros coups de tête. Peut être un mérou . Cela est assez rare au leurre mais néanmoins plausible.  Quelques secondes plus tard,  les espoirs s’évanouissent …, il s’agit en faite d’une tortue qui est prise par la pâte arrière.  Les vagues sont fortes et la ramener au bord dans les roches risquerait de la blesser. Tout comme moi pour mon gros tarpon, il décide de lui faire faire le tour. Un bon test pour la canne qui réagit d’ailleurs très bien.

Un peu de patience et la tortue qui ne semble pas trop comprendre ce qui se passe se retrouve à porté de main dans la baie. C’est David que ira la décrocher, non sans mal car la demoiselle ne semble pas d’avis de se laisser tripoter le derrière! Elle n’est pas trop blessé et s’en tirera juste avec un percing.


peche à la tortue by jeune56

Benjamin blasé par cette absence d’activité, choisi de se rabattre à la jetée sur la pêche à l’appât. Il enchainera, raies et Machoiran blancs. Pour ma part , je choisi de la pêche aux rougets dans la zone portuaire avec Goeffrey. Mais pas une seule touche à la crevette… là, c’est vraiment exceptionnel.

Ce sera donc un menu poisson qui nous attendra le soir au campement, entre machoiran boucané concoctés par Benjamin et Croupias et Rougets grillés par mes soins, un véritable régal. La bonne humeur règne au sein de notre petit campement.

Le vent s’engouffre la nuit sous les bâches. Nous nous trouvons sous une tempête. La pluie de cesse de tomber avec de rafale de vent. Bien que au départ bien tendue, la bâche forme à certains endroit des poches d’eau qu’il faut régulièrement vider durant la nuit de peur de la voir s’écrouler sous le poids de l’eau accumulée.

Réveil très difficile le lendemain. Goeffrey marsouine dans son hamac.. et aux vues de sa tête, sa nuit à été encore pire que la mienne… Effectivement, son Hamac et son sac de couchage sont littéralement trempés. L’eau ruisselant le long du cocotier à suivi le chemin des grosses cordes en nylon  et par capillarité à mouiller le hamac en Entier. Seul David et Benjamin sont au sec… Et il pleut toujours et vu l’horizon, cela n’est pas près de s’arreter. Passer le reste du séjour à dormir dans des hamacs trempés commence à nous faire penser Geoffrey et moi à un retour sur la cote.


peche à la tortue by jeune56

Les Gendarmes Manu et Pascal viennent nous rendre visite sous notre campement et face à notre mine déconfite au milieu de affaires trempées, et  couvertes de Boues, ils nous proposent de nous installer sous la zone abritée et  bien au sec du carbet des Pompiers. Ils nous propose également d’utiliser à loisirs leur Sèche Linge pour y faire sécher nos affaires. ALLELOUIA, nous sommes sauvés!

Vu l’absence de poisson, on en profiter pour faire du rangement et rinçage de Matériel.

Tout ce battage attirera les singes Saimiris et Macaques, venus nous observer et voir qi nous n’avions pas quelque chose pour eux. Je trouve au fil des années que je viens aux Iles du Salut,  les saimiris de plus en plus téméraires. Ils n’hésitent plus à venir se servir directement dans notre main.

Quand ça mord pas, ben on s’occupe comme on peu… Une petite vengeance personnel contre les coqs qui viennent en nombre s’égosiller sous nos hamacs le Matin. Préparation d’un cocktail spécial… : Riz + Rhum Tiens, mangez, ! La forte Odeur de Rhum,  ne semble pas trop gêner le coq qui semble se régaler.  Alors qu’on attends de voir comment va réagir le coq dans la durée, c’est un agouti qui s’approche de la gamelle. Il ingurgite goulument le riz et lui non plus ne semble pas être perturbé. OupssS… Il semble même apprécier. Après quelques minutes , toujours pas de réaction sur le volatile, mais l’agouti empêche à présent tout le monde d’approcher de la Gamelle en coursant les intrus , le poil tout hérissé… Oula… aurait il l’alcool mauvais?

Benjamin nous racontera plus tard qu’il observait  l’Agouti saoul ayant fi le riz, en train de tenter d’escalader un muret pendant plus d’une demi heure et qu’a chaque fois il retombait sur le dos. Pardon, oh Pardon BRIGITTE! C’est pas bien… mais qu’est ce que c’est drôle… 😉

Les Mathieu et Lydie accompagnés de leur amis et familles sont venus passer le weekend tous ensemble dans un des bungalows de L’auberge.

La mer est actuellement couleur café au lait et de nombreuses palmes et noix de coco flottent en surface.

Des arbres sont également tombés durant la nuit. Nous avons de la chance de ne pas en avoir pris une sur la tronche.

J’arrive à peine à m’approcher du bord tant les vagues sont déchainées. Le courant et violent, pourtant je sens mon leurre qui viens de heurter quelque chose… Serais un tarpon à la vision ultrasonique qui à réussi à apercevoir mon leurre??? Oula, je reconnais cette défense pour l’avoir observée à deux reprises lors du séjour auprès de Goeffrey puis de David!!! C’est une tortue.

Elle est toute petite et nage trop près du rivage pour pouvoir lui faire faire le tour pour la récupérer dans la baie.  Je la fatigue un peu , puis m’aide d’une grosse vague pour la hisser suffisamment haut sur les roches dans une zone  facile d’accès pour elle comme pour moi.  Elle ne cesse de se débattre pour rejoindre l’océan. Je l’attrape enfin et la cale entre mes cuisses pour qu’elle cesse de bouger et enfin pouvoir la libérer.

Heureusement, l’hameçon est facilement libérable car je n’ ai pas de pince avec moi… Je m’en vais la remettre à l’eau du coté de l’escalier  que déjà les touristes affluent pour la prendre en Photo. Bien que calé dans mes bras, dès que la petite tortue aperçois l’eau , elle se remet à s’agiter et remuer les pattes dans tous les sens. Allez, ma jolie , va rejoindre ton océan.

Mathieu à réussi l’exploit de faire 2 thazards aux leurres . Ils nous en offre gentiment un en échange d’un peu de sauce soja. Je le prépare avec soin avec les aromates qui vont biens. Je veux prouver à Geoffrey qui n’est pas adapte du poisson cru , que le thazard, ça passe tout seul.

La dégustation d’un succulent Carpaccio mettra tout le monde d’accord et viendra compenser les aspects négatifs de cette journée.

 

 

Pleine heure de la sieste, le QUAD de Manu arrive en trombe et cherche Goeffrey! SOS KINE est demandé… Une occasion pour Jojo de faire un petit tour de Quad… surtout avec Manu au volant ça décoiffe! Hélas, ce n’est pas une blonde à forte poitrine qu’il faut masser, mais plutôt un gros Russe imbibé de Vodka qui s’est déboiter l’épaule! Pas de Chance hihihi…

 

Enfin le dimanche, le vent tombe et le soleil réapparait. C’est la folie, les tarpons se mettent a marsouiner comme des malades mais ne se jettent par pour autant sur les leurres. Mathieu met son float tube à l’eau et longue la berge à la recherche des  tarpons. Il en fera plusieurs. ils ne sont pas bien gros mais à la mouche, il semble s’éclater à en entendre ses cris de joies!

Il sera rejoints par David et son float. Ils tenterons de traverser la « passe » entre Royale et Diable mais des courants Violents les emmènent  vers le large. Ils essaye de revenir mais ils se retrouvent en bordure de la Pointe De Royale là ou naissent de grosses vagues qui viennent ensuite mourir violemment sur les rochers. Nous observons tous inquiets du Bord. Ils finissent tous les deux par se mettre à l’eau et nager en poussant le float tube devant eux. C’est épuisé et conscient d’avoir vu le danger de très près qu’il rejoindrons la piscine des bagnards. Pfff… en espérant que cela leur servent de leçon.

Le float tube dans le port, c’est tout de même plus safe…dans la zone Portuaire surtout qu’il y a regains d’activité . Des dizaine de Thazards chassent les bancs d’alevins. Mathieu essaye de les piquer à la mouche . Spectacle assez comique puisque alors qu’il pêche devant lui, des Thazards chassent à à peine trois mètres dans son dos .

Goeffrey ramènera enfin un Thazard qu’il offrira aux gendarmes pour les remercier de leur gentillesse en leur communicant ma recette de Carpaccio.

Les prises s’enchainent, les affaires reprennent, cela fait plaisir! enfin!!! Sauteurs, carangue et poisson assiette.

La bonne étoile de la pêche se poursuivra encore les jours suivants et ceux jusqu’à notre départ

Deux jolies carangues pour Geoffrey et David.

 

Thierry et Kayte deux autres amis sont eux aussi sur les iles mais du coté de Saint Joseph, logés dans les baraquement militaires. .

Le fameux Ultramar Lu Alizée ne tarde pas d’ailleurs à venir s’ancrer dans la passe pour pêcher. Les veinards… ils arrivent quand cela recommence à mordre.

Je ne serais pas la seule à battre mon record de pêche aux Iles. Thierry placera la barre très très haut en attrapant au leurre souple une énorme Carangue Hippos. J’aurais bien voulu être sur le bateau et assister à ce combat qui a du être éprouvant et j’aurais aimé voir la tête du pêcheur quand il découvre le monstre qu’il à au bout de la canne.

Néanmoins, j’ai récupéré une petite vidéo faite ce jour là, que je vous fais partager.

Enfin, le mot de la fin :

Un séjour au bilan mitigé niveau pêche par rapport au espoir fondés dès le départ , mais une fois encore la pêche est loin d’être une science exacte. Même si la lune, la période et les marée semblent propices, tant de facteurs peuvent rentrer en compte…

Les Iles du Salut, avec ou sans poissons reste un lieu Paradisiaque que je prend plaisir à retrouver et qui resterons ancrés en moi. Bon, il est vrai qu’avec du soleil c’est mieux!

Enfin, spéciale dédicace à Manu et Pascal les gendarmes des iles du salut. Merci de votre gentillesse. Une belle rencontre et une belle  amitié que j’espère nous amènera à nous revoir.

Un autre report à été fait par Goeffrey sur son Blog : 

http://geffenguyane.over-blog.com/article-retour-a-tarpon-s-islands-102909185.html

Une autre approche, d’autres photos avec toujours beaucoup d’humour. Merci Geoffrey pour la vidéo sous Marine et merci David pour tes photo et ton aide au décrochage de mon tarpon.

 

4 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Fournier Marie

    TRÈS BELLE AVENTURE, BRAVO POUR LA PÊCHE ET MERCI POUR LES BELLES PHOTOS !!!!!!!

    1. REVESDAMAZONIE

      merci Marie France.

  2. Marie-Hélène

    Bravo pour ce magnifique reportage ! A la lecture, il se déclenche un phénomène qui nous transporte directement auprès de toi…
    A très bientôt
    Bisoux

  3. nini fortuit

    rien a dire exellent!merci du partage 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>