«

»

Nov 22 2014

Les Chutes du Vieux Broussard

Cela faisait des années que j’en avais entendu parler… , des années que je rêvais de enfin pouvoir les atteindre! Déjà convaincue et émerveillée par celles dites des « Chutes Voltaires » mais devenues aujourd’hui trop accessibles et touristiques à mon gout ( à croire qu’avec l’âge je deviens associable 😉 ). Je sens bien qu ‘à cette fin novembre la saison des pluies est proche et que si je ne le fais pas rapidement , ce projet va encore être remis à l’année prochaine!!!

En plus, cela fais un mois qu’ avec David on s’est mis au sport et que l’on retrouve une bonne forme physique , un bon exercice donc pour associer effort physique et découverte nature. 

Donc vite, je me décide, je motive David sans trop de difficultés et nous voila partis avec nos sacs à dos et points Gps en poche direction Saint Laurent du Maroni à 250kms.

Nous essayons de faire « Light » … mais évidement je ne résiste pas à l’envie d’étrenner mon nouveau appareil Photo Reflex avec sa panoplie de zoom et télézoom soit presque 4 kilos de matériel photo qui seront portés par mes soins! D’après la carte,  nous allons longer une crique… un petit kit de pêche s’impose donc et sa panoplie de leurres, cannes et accessoires !

Enfin, après plusieurs hésitations, on choisi tout de même de prendre avec nous Gem , notre appât à Jaguar ! La zone étant suspectée d’être occupée par des garimpeiros, on emmène à ma demande insistante le fusil! On ne sait jamais…et je me sentirais plus tranquille je pense.

Depuis Saint Laurent et après 1H30 heure et demi de piste en latérite qui est en plutôt bon état, nous arrivons au niveau de » L’Auberge des Chutes Voltaire «   qui est le point de départ du sentier de randonnée menant aux Chutes Voltaires dans un premier temps (au bout de 1H 30 de marche) puis se poursuivant jusqu’aux Chutes du Vieux Broussard ( après encore 3h de marche supplémentaire) .

Les Chutes du vieux Broussard doivent leur nom à Joël Deplanque (anciennement gérant du magasin armurerie-pêche Le Vieux Broussard à Saint Laurent du Maroni) . Ce dernier,  suite à un survol et repérage en ulm de la zone , part en expédition terrestre en 1994 accompagnés de Phillipe Rovere et Bernard Sonnenmoser.

Je garde en mémoire également l’accident tragique de 2006 ou 2 jeunes, des jumeaux de 28 ans,  y ont trouvés la mort. Le premier aurait glissé au niveau d’une des chutes et serait tombé dans un des profonds siphons qui la compose. Son frère serait mort en tentant de le secourir et en se noyant à son tour.  Voici le Lien si vous souhaitez en savoir d’avantage sur ce Drame.

Nous savons donc qu il nous faudra redoubler de Prudence une fois sur place.

Nous arrivons en à peine 1h aux Chutes voltaire , en effet le sentier est une véritable autoroute , sans aucune difficultés d’où une progression rapide!

Nous nous rendons directement au carbet du haut. Un couple s y est déjà installé. Le carbet est en piteuse état et rafistolé de part en part par des morceaux de bâches.

Nous sommes en forme et on choisi de poursuivre le sentier pour atteindre les chutes du Vieux Broussard ou au moins s’en rapprocher le plus possible. Le timing est short et je décide d’accélérer le pas afin de tenter d’y arriver avant la nuit.  Le sentier est bien moins balisé sur cette portion et les chablis sont nombreux , nous obligeant à les contourner et nous faisant perdre pas mal de  temps. Les faux layons nous enduisent en erreur et nous obligent parfois à revenir sur nos pas. A certain endroit la zone est assez escarpée et il nous faut traverser plusieurs « criquous ».

David verra des 2 loutres entrain de jouer  à quelques mètres du sentier dans la petite crique que nous longeons pratiquement tout le long. Malheureusement, le temps que je dégaine le gros reflex de son sac étanche et elles se sont barrées. Grrrr….

La fatigue et le poids du sac se font ressentir et la luminosité diminue vite en Jungle. Heureusement  que nous avons un tracé Gps qui même si il n’est pas très précis évite de trop nous égarer.

Il fait maintenant complètement nuit et toujours pas de bruits de chutes à l’horizon!!! Si ça continue , je me dis que je vais me coucher à même le sol au milieu du sentier! David propose de faire un camp au bord de la crique … mais je préfère encore continuer , le GPS indique que nous ne sommes pas si loin, à peine plus de 1kms…

Soudain, le bruit des Chutes tant espéré …. yesss! Je regroupe mes quelques forces restantes pour poursuivre jusqu’au bout! j’ai mal aux pieds, au dos, aux genoux ….

enfin les voilà , tel  le saint Graal ! Alelouiiia. Mine de rien, il est 21h!!!!!, je comprends soudain mieux ma fatigue…

Même de nuit,  éclairée avec la lampe frontale, la chute se montre superbe! Un oeil rouge trahi la présence d’un petit caïman qui ne semble pas trop inquiet de notre présence.

Heureux nous sommes… surtout moi car je n’ai pas la réputation d’être une grande sportive loin de là et la marche à pied est loin d’être mon point fort! Mais j’y suis arrivée et je suis fière de moi…

Maintenant il nous faut faire une camp, on inspecte des environs dès fois qu il y est un un ancien carbet de chasseurs … Mieux que cela , nous tombons sur un  » carbet bâché tout fait  » appartenant à un prestataire touristique. Deux feuilles A4 plastifiées sont épinglées sur l’un des poteaux du carbet. La première représente une photo de la chute dangereuse avec cerclé de rouge la zone du siphon mortel. La deuxième est une recommandation quant au respect du site et précise que le carbet n’est pas un concession et est d’accès libre, en l’absence du prestataire, aux visiteurs respectueux et assumant à ses risques et péril la solidité du carbet.

Nous ne nous faisons pas prié surtout qu ‘il est tard, que nous sommes crevés et que la pluie commence à tomber …

Cela nous a creusé l’appétit cette petite marche.. Petit repas donc au Chandelle avec un ti punch pour fêter ça! Gem défonce sa ration de croquette prévu pour tout le séjour et manque d’avaler le sac plastique les contenants.

Pas besoin de berceuse cette nuit là pour m’endormir… et même si inquiètes je me réveillerais plusieurs fois dans la nuit pour vérifier  que Gem est encore bien sous mon Hamac et qu ‘un Jaguar ne s y trouve pas à sa place!

Réveil avec des courbatures  le lendemain matin… J’ai du mal à marcher! Je tente de soigner mes ampoules avec un peu de Rhum et je frémit rien qu’à l’idée qu il faut remettre les chaussettes trempées et les baskets pour partir à l’exploration du coin. J’aurais du prendre mes tongs restées dans la voiture.

Le paysage est somptueux et réussi à me faire oublier mes douleurs! Je me régal à prendre une multitude de photos. La Chienne saute partout et cherche à manger tout ce qui pourrait être comestibles! Elle a faim!!!

Tentative de pêche dans l’étendue d’eau devant la première Grosse Chute… pas terrible! Quelques poissons madame et patagais. Aucune trace d’un Aïmara…, je pense qu il ne doivent pas trop apprécier les cascades.


Repas du midi , on à garder un poisson de notre pêche du matin pour nourrir Gem . Cette dernière nous fait comprendre qu ‘elle préfèrerais de loin la saucisse et boude le poisson! Je suis obligé de lui décortiquer et de le mélanger à du riz pour le rendre plus appétissant! Cette chienne prend de mauvaises habitude je trouve…

C’est le moment de partir à l’exploration de ces fameuses chutes qui s’étendent sur près de 1 kilomètre de long.

Chaque ascension d’une chute laisse découvrir un nouveau paysage avec une nouvelle chute ou série de chutes et cascades comme autant de panorama dignes des plus jolies cartes postale. Ce sont  pas loin de 7 Chutes qui se succéderont chacune ayant leurs particularités et leurs charmes. Les voici successivement .

Chute Philippe ,  découverte la nuit de notre arrivée.

Chute Joël

Cette Chute est incontestablement la PLUS DANGEREUSE. Pour Plusieurs raisons, la première est qu’elle est EXTRÊMEMENT Glissante et la seconde est la présence de Siphons d’autant plus dangereux que de leurs aspects jacuzzis, ils invitent à la Baignade. Un Conseil, passez votre chemin et orientez votre baignade vers une zone moins Dangereuse que cette cascade ci.

Passée ces deux plus grosses chutes, le paysage se déploie sur un large plateaux granitique de environ 300 mètres de larges pour un peu plus de long ou se succèdent, cascades et chutes de plus faibles ampleurs.

On continue toujours notre ascension .  Nous arrivons à une presqu’ile de foret, tel un Oasis de verdure , au milieu de ce dôme granitique et sur cet ilot une zone d’ un ancien campement…. Très sympa!

Derrière cet Ilot, le plateau granitique laisse place à un Canyon étroit ou continue de courir plus calmement la crique. Une Certaine sérénité s’en dégage.

Il nous faut continuer presque à la nage , le contournement par la forêt s’avérant plus compliqué. L’eau est fraiche et Limpide.

La zone s’élargit de nouveau sur un nouveau plateau moins large que le dôme granitique de tout à l’heure. Le roche y est très accidentée. La derniere des chutes nous dévoilent de magnifiques sculptures alternants trous et mâchoires tranchantes laissées par le passage de l’eau. C’est Bluffant.

Alors que je manie l’appareil Photo dans tous les sens pour choisir le meilleur angle pour prendre ce que j’appelle les mâchoires en photos, j’aperçois David au loin avec humain!!!! Mon Dieu, nous ne sommes plus seuls au monde dans cet eden que nous venons de découvrir… pffff…

Il s’agit en fait du Guide du prestataire Touristique qui souhaites récupérer son carbet , là ou nous sommes, car il est arrivé en force avec un groupe de 8 touristes… Il nous indique la zone de campement que nous avons découvert lors de notre ascension. Il nous montre aussi le passage par la foret car si je comprends tout à fait notre exclusion polie, je me voyais assez mal remonter les roches glissantes avec un sac de plus de 15 kilos sur le dos.

Au final , nous y gagnons au change car ce petit campement sur cet ilot entouré d’eaux  à une vue à couper le souffle….

Le soleil décline et les roches granitiques semble se couvrir d’or… serais ce cela l’eldorado?

 Nous prendrons notre repas du soir au coin du feu , les pieds pratiquement dans l’eau sous le regard incrédule d’un caïman de jolie taille qui nous observe à quelques mètres. La soirée se finira allongés sur les roches de granite encore chaudes de la journée en regardant les étoiles. Ici,  loin de toutes pollutions lumineuses, le ciel est de toute beauté.

Et nous y voila, c’est le dernier jour …, celui du retour obligé! La route promet d’être longue jusqu’à la maison…

Nous prendrons sur ce chemin de retour le temps pour faire de multiples pauses photos pour immortaliser la faune (assez pauvre sur la zone d’ailleurs) ainsi que  la flore.

A gauche le bois Amarante (Peltogyne venosa) et à droite le bois Patawa (Jessenia bataua)

 Ci dessous Amarante ou Moutouchi… je suis pas sure.

 Des Champignons énormes…

Peut être Hallucinogènes (loool) ??? En tout cas, le très gros donnait l’impression d’être en terre cuite.

Un petit colibri curieux et se montrant en spectacle, peut être pour nous retourner l’attention de son nid à proximité? N’hésiter pas a cliquer sur la photo pour l’agrandir.

 Quelques jolies fleurs remarquables….

Petite Halte aux Premières Chutes Voltaire pour se désaltérer et manger le restant de nos Provisions… du Couac sardine avec citron et piment.

Simple mais efficace et pas cher!

C’est d’ailleurs Gem qui finira le sac de couac arrosé d’huile de sardines pour tromper l’ennemi… . 🙂

Elle me regarde d’un drôle d’air… Ben oui, la fifille, à la Guerre comme à la Guerre! Un peu septique, elle goute et trouve ça pas si mal car elle fini sa gamelle.

La marche ça creuse… même pour le chien qui a force de partir devant puis revenir de manière incessante à du faire 5 fois plus de trajet!!!

La prochaine fois, je l’équipe d’un sac à dos, avec sa flotte et ses croquettes… elle fera moins la maline je pense!

Sur le tier Restant de marche séparant les chutes Voltaire de la voiture, Gem partie devant se retrouvera en prise « roulé boulé » avec un Tamandua (sorte de fourmilier) ! Plus de peur que de mal surtout pour l’animal sauvage qui n’a pas du trop comprendre quelle était cette furie qui lui sautais dessus pour jouer!!! Un rappel au pied du Chien et la tamadua en profite pour rapidement  grimper à l’arbre le plus proche. Sauvé!!

Pour conclure cette expédition.

Une Belle marche physique tout de même… et encore nous avions repérés des Inselberg mais mes pieds (et mes ampoules ) ont dit non!!! Les Chutes du Vieux Broussard est un endroit vraiment magnifique qui se mérite mais n’est pas sans Danger!

Pas sur que ce soit une bonne idée de l’ouvrir au Public, les siphons y sont à mon sens vraiment trop dangereux et les roches trop glissantes .

Nous y retournerons  mais cette fois, je prendrais la go pro… se sera moins lourd!!! et surtout juste un week end c’est vraiment trop court pour en profiter sinon si l’on veut intégrer les Inselberg dans le programme.

En attendant, il nous faudra attendre la prochaine saison sèche… le rendez vous est donné à l’année prochaine!

 

 

9 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. Fournier Marie France

    très belle aventure avec des photos magnifiques et le tout très bien expliqué ,un grand bravo et un grand merci
    ça nous permets de rêver et de supporter, mieux notre climat en Bourgogne .

  2. michele Monnot-Morey

    Je me suis régalée en lisant ton reportage c’est vraiment bien fait (malgré 2 énormes fautes d’ortographe). Malgré cela on se croirait avec toi lorsque tu d’écris les paysages. Bravo ma fille, tu pourrais faire un bouquin avec toutes tes balades et tes commentaire les gens trouveraient çelà palpitant. Je te félicite. Bravo et grosses bises.

    1. REVESDAMAZONIE

      Merci pour tout vos commentaires . Tu pourrais peut être me dire ou sont ces fameuses « fotes » .. j’ai essayé de me relire mais moi et l’orthographe on est pas trop copains…

  3. claudie

    Merci pour cet article, et aussi pour les autres!! Superbe pays, et très bonne ambassadrice. Ce genre de lecture me rend particulièrement impatiente 😉

  4. monique

    Bravo……….magnifiques paysages !nous y sommes! grâce à ces judicieux commentaires……..un grand merci!

  5. monique

    Bravo……….magnifiques paysages !nous y sommes! grâce à ces judicieux commentaires,et cette touche d’humour!……..un grand merci!

  6. POLEWSKA Catherine

    Hello David et Sabrina,quelles belles photos et quel beau résumé!!Vous nous donner vraiment l’envie d’y aller dans ce petit coin de Paradis 😉 Mais hélas il n’est pas accessible à tout le monde…..à commencer par moi,je ne crois pas que je me sentirais capable de parcourir tous ces kms à pied avec un chargement sur le dos!!Il faut être bien entrainés à l’avance pour pouvoir faire ce trajet 🙂 Je suis contente pour vous car vous avez du vous régaler et être aussi ressourcer pour un moment 😉
    Encore merci de nous émerveiller à chaque fois à travers vos périples!!Gros Bisous et à bientôt les Amis <3

  7. sylvain russo

    Superbe reportage,
    Un jour, j’irai là bas comme disais un chanteur..

  8. DEPLANQUE JOEL

    Eh bien Sabrina ! Je suis très heureux de t’avoir fait marcher. Encore plus heureux que tu aies apprécié ce site qui se mérite !
    Beau récit, belles images.
    La pauvreté en poissons ‘explique facilement par la pauvreté du sol. On est sur des affleurements de roche mère. Je me souviens d’un patagaï ayant mordu mon sabre utilisé en appui pour traverser la crique. C’est dire que dans le coin, le menu est hyper limité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>